Water Tour #1 « Caeluwaert »

Introduction:

Comme je l’ai toujours dit, BlackRiver est né avec pour objectif d’aider les débutants mais aussi pour promouvoir la pêche en Belgique. Pour l’instant, la promotion n’a pas encore été faite et je ne savais pas trop par où commencer. Ayant reçu un nouvel ensemble pour le brochet, je ne pouvais pas attendre l’ouverture pour le tester (pour rappel: en Belgique c’est le 1er samedi de Juin) et c’est là que m’est venue une idée: Je vais aller en étang privé pour tester mon matos. Une fois sur place m’est venue une seconde idée: Pourquoi ne pas effectuer plusieurs sessions sur cet étang et en faire un article ? Pourquoi ne pas le faire dans chaque étang carnassier en Belgique ? Je n’y vais jamais et c’est donc avec une totale objectivité que je vais pouvoir donner mon avis sur ces différents lieux. Mais par où commencer ? Mon choix s’est donc porté sur un étang de la région de Charleroi très connu en Belgique et sur les réseaux sociaux: l’étang Caeluwaert situé entre Courcelles et Gosselies. (Afin d’avoir un avis le plus objectif possible, l’étang a été évalué sur 3 sessions d’une journée complète ni plus ni moins.)

Ceci dit, comme d’habitude, installe-toi confortablement, prends un café et détends toi.

C’est parti pour ce 1er opus du Water Tour de BlackRiver !

Publicités

Étang Caeluwaert:

Ne sachant pas trop à quoi m’attendre, je décide de contacter un habitué des lieux afin d’avoir un max d’informations avant de débarquer (profondeur, espèces présentes, etc.). Je vais passer les détails de la conversation, il n’a pas fallu 2 minutes de discussion pour que nous décidions de nous rendre ensemble sur place. C’est donc en compagnie de Dimitri Coladonato (Profil Instagram: @dimi_2061) que ces 3 visites ont été effectuées (et si ce concept d’article te plaît, prépare toi à encore le voir, car l’un des prochains étangs visités le sera à nouveau avec lui.).

Jour 1: 9h30, Arrivée à Caeluwaert, Á peine garé sur le parking et un premier regard vers l’étang, ça ne s’annonce pas mal car l’un des pêcheurs déjà présent sort devant nos yeux un brochet de 50-60, de quoi nous motiver encore plus ! Nous sortons notre matériel et partons nous mettre en place sur la rive la plus proche. Niveau matos: 2 cannes chacun, pour Dimitri une Abu Garcia BlackMax en 10-30gr pour le brochet et une La Moustique de chez LMAB en 2-10gr. pour la truite. Pour ma part, stratégie similaire au niveau des espèces visées: une canne pour la truite, une Abu Garcia BlackMax également mais en 3-14 gr et pour le brochet, ma nouvelle Illex Night Shadow: Deep Raider en 15-60gr (la raison première de ma venue car, pour rappel, à la base, je viens pour voir ce qu’elle a dans le ventre). Nous commençons donc par cibler le brochet, le type d’en face en sort un 2ème à peine 5 min après que nous soyons installés, ça mord ! Au bout d’une dizaine de minutes, j’entend Dimitri crier « FISH ! », je me retourne et le vois combattre un poisson de bonne taille, nous sommes tout excités pour au final voir un pauvre carassin harponné. Une fois libéré de l’hameçon, le poisson fût transféré directement dans l’étang au blanc situé à peine 2m derrière nous pour y couler des jours heureux loin des brochets. Une fois l’adrénaline redescendue, nous continuons notre partie de pêche à la recherche des dents d’un brochet.

Passons les détails de la matinée mais ce fût une catastrophe monumentale pour chaque pêcheur présent (nous étions 7 pêcheurs autour de l’étang), mis à part les 2 que nous avons vus à notre arrivée, les brocs sont restés gueules fermées. Plus tard dans l’après midi, nous passons de l’autre côté de l’étang et entamons la discussion avec d’autres habitués tout en continuant notre partie de pêche. GROS DEPART ! Décroché.. GROS DEPART ! Décroché… la frustration commence à me gagner et je décide d’abandonner ma recherche du brochet pour la dernière heure qu’il nous reste au bord de l’eau. j’équipe une cuillère Taro nr2 de chez Caperlan, je lance et au bout de 3 lancés en ramenant lentement, une petite arc en ciel de +-30cm est mise au sec. Moralement, ça fait du bien ! Dimitri décide de passer en dropshot de son côté. Pour ma part, je continue à la cuillère. Je lance je ne sais combien de fois tout en discutant avec un habitué quand tout à coup mon moulinet se met à siffler comme jamais ! C’est gros ! La canne est pliée comme jamais je ne l’avais vue plier auparavant ! Je desserre le frein car avec un bas de ligne en fluoro 0.18 et un beau poisson au bout, hors de question de casser ! 2min se passent, les pêcheurs me disent de passer devant eux et de suivre le poisson (chose que je n’osais pas faire par peur de les déranger…) au bout de 5min l’un d’entre eux prend mon épuisette (si tu lis cet article, encore merci mec !) et c’est une carpe que j’ai malheureusement harponné sur la tête qui se retrouve dans l’épuisette. Sur le moment, je ne peux m’empêcher de penser à mon rêve d’attraper un silure cette année tant le combat fût intense ! Ça en a dans le ventre une carpe et je ne peux qu’imaginer ce que le titan de nos rivières peut livrer comme combat, j’ai tellement hâte d’en rencontrer un ! Fin de la journée, capot pour Dimitri malgré un carassin harponné et pour ma part, une truite et la carpe dont je viens de te parler.

Jour 2: 9h30, arrivée sur les lieux. 2 pêcheurs à part nous au bord de l’étang, un peu d’activité en surface, ça ne s’annonce pas mal à nouveau mais nous restons plus prudents cette fois. L’un d’entre eux est un ami qui s’entraîne à pêcher à la mouche (Clément Filipp -> Facebook), nous l’observons pendant quelques minutes puis commençons à nous installer. Une truite est sortie pendant que nous nous préparons et il décroche une carpe peu de temps après. Cette fois ci, Dimitri décide de se concentrer sur la truite uniquement à l’aide de teignes artificielles. Pour ma part, étant têtu de nature et toujours curieux de voir ce que ma nouvelle canne donne en combat je continue dans ma traque du brochet. au bout de 2 heures Dimitri en est à sa 6ème truite, pour ma part toujours rien. Je monte un shad Gunki G-Bump de 10,5cm coloris « Brown Sugar » sur une tête plombée de 3.5gr et je discute avec Dimitri tout en répétant les lancés. Au bout de 4-5 lancés, au moment de sortir de leurre de l’eau pour lancer à nouveau, je vois un brochet entre 60 et 70cm monter en chandelle taper mon leurre quasi en surface, la canne plie d’un coup et… pris par surprise, je ne ferre pas, le poisson à peine piqué retourne d’où il est venu aussi vite qu’il est apparu.. Ce fût mon seul contact de la journée avec un pike et bien entendu, c’était celui à ne pas manquer que j’ai loupé par faute d’inattention !

Le reste de la journée, nous avons pratiqué comme la dernière fois, nous sommes allés sur la berge d’en face. Dimitri continue avec les fausses teignes mais plus rien, pour ma part je décroche une truite à 2m du bord. La journée continue et moralement ça devient très difficile. (En étang, tu peux battre du terrain comme tu veux, tu finis toujours par revenir à ton point de départ, c’est une pêche beaucoup plus difficile psychologiquement pour moi qu’en rivière où je peux avaler des km de berges en attendant de trouver du poisson actif. Je ne m’attendais pas qu’une pression pareille était possible à la pêche étant donné que (pour rappel) c’est ma première fois en étang privé. J’en prend note pour les prochaines fois.) Vers le milieu d’après midi, le moulinet de Dimitri siffle ! C’est gros ! Je pose ma canne, prend l’épuisette et le suis, attentif à son accord pour épuiser le poisson. La masse d’eau que la bête déplace près de la surface est énorme ! C’est vraiment gros ! Au bout de quelques minutes de combats intenses, une grosse truite de 76cm est sur la toise de Dimitri ! On fait quelques photos, release et nous continuons notre journée de pêche sans savoir que ce poisson sera le dernier que nous verrions de la journée.

Jour 3: Sans doute la pire des 3 journées pour moi. Nous sommes 4 autour de l’étang. Pas d’activités visibles en surface. En arrivant on nous annonce déjà la couleur, la pêche n’est pas facile aujourd’hui , en plus un orage risque de nous tomber dessus ! Ça promet ! Pas une touche de la matinée.. Je deviens fou, je ne sais plus à quoi attaquer, les brocs ont encore la gueule fermée, il pleut des cordes, je suis trempé mais toujours déterminé ! Vers 11h, FISH ! Dimitri ouvre le bal avec une truite d’une quarantaine de centimètres, release, il relance et au moment où il arrive sur le fond: GROS DÉPART ! C’est fameux ! Ça combat bien, c’est une grosse truite de 67cm qu’il ramène difficilement au bord cette fois ! Bien joué !

Nous continuons à pêcher, pour ma part, je refuse d’abandonner mon idée d’attraper un brochet, mes épaules me lancent mais je continue. Dimitri dépose sa canne reste sur le fond, canne à la verticale sur son sac pendant que je discute avec lui le temps d’une pause quand tout d’un coup je vois son sillon plier ! Je crie: « DIMITRI FISH ! T’AS UN POISSON !« , il se retourne attrape sa canne, ferre un grand coup et c’est encore un mastodonte de 68cm cette fois qui rejoint la berge le temps d’une photo avant d’être relâchée à son tour.

Plus tard, nous sommes rejoint par mon pote Gregory Wilmart (Instagram: @fishing.img) et son binôme de pêche Adrien Toubeaux (Instagram: @adrien_toubeaux). Bon pêcheur de brochet et de silure, je me dis que si moi je n’arrive pas à avoir un broc, lui il en aura sûrement un ! (J’ai un article à écrire après tout ! Je veux voir des dents de brochet ! Je compte sur toi !). Des éclair zèbrent le ciel au loin et nous continuons à pêcher accompagnés des coups de tonnerre, en bruit de fond, et de mes injures face à 2 décrochés quasiment d’affilées, ma patience a atteint ses limites et je commence à perdre mon sang froid de frustration. Je monte un crank de 15gr (j’ai oublié la référence de ce dernier désolé) coloris firetiger et j’entreprend un énième tour des bordures de l’étang, je touche un brochet de 70-80 qui remonte en surface comme pour me narguer de ne pas avoir pu le piquer et ce fût le dernier poisson que nous avons pu voir de la journée. Seul Dimitri a eu des résultats ce jour-là. Les truites étaient au rdv mais encore une fois, les brochets sont restés absents…

Publicités

Bilan et Avis:

Malgré les quelques déconvenues racontées précédemment, ces 3 sessions ont été agréables même si mes nerfs ont été mis à rude épreuve.

Voici mon avis sur cet étang: 1) Les berges sont propres et facilement accessibles, des poubelles sont mises à disposition des pêcheurs. 2) Le cadre est très beau avec une vue magnifique sur l’un des célèbres terrils de Charleroi. Très boisé, hormis le bruit d’une péniche passant sur la Sambre derrière l’étang occasionnellement, seul le chant des oiseaux t’accompagne durant ta session. C’est agréable et reposant. 3) Les habitués sont plus que sympathiques et ne sont pas avares de conseils pour bien aborder l’étang. Une bonne ambiance règne au bord de l’eau et chaque pêcheur se réjouit quand un poisson est attrapé par quelqu’un. Tu as la sensation de travailler en équipe durant toute ta session alors que tu pêches avec de parfaits inconnus et c’est très agréable comme sentiment. Le respect, la franche camaraderie et les coups de mains éventuels sont au rdv ! Un débutant était présent lors de notre 2ème session et j’ai été agréablement surpris de la gentillesse et des conseils qui lui ont été prodigués par chaque pêcheur présent. Un gros plus selon moi ! 4) Malgré mes mésaventures, on ne peut nier qu’il y a du beau poisson et en nombre dans l’étang, ça bouge assez souvent. 5) Le personnel est sympathique et n’hésite pas à venir discuter avec les pêcheurs. 6) Le fond de l’eau est propre, on accroche peu voir pas du tout, hormis quelques feuilles mortes, il n’y a rien a redire sur le fond de l’eau. Niveau profondeur, j’ai constaté qu’il y a 60-80cm dans la partie la moins profonde et +-2m dans la plus profonde. Un émulseur est souvent mis en route afin d’apporter de l’oxygène aux poissons présents. 7) Le parking est facile d’accès également et possède pas mal de places pour se garer. 8) Il y a une possibilité de prendre à boire sur place et sûrement de la nourriture mais je n’ai rien consommé donc je ne saurais pas te dire ce qui est proposé exactement. 9) espèces présentes dans l’étang à carnassiers: – Brochet – Truite Arc-En-Ciel – Perche – Sandre – Du blanc et de la carpe pour nourrir le tout, un amour blanc est également présent apparemment d’après les habitués et j’ai pu y voir un Koï également. J’ai cru comprendre qu’on pouvait y trouver aussi de la perche soleil. 10) Le règlement est affiché sur un panneau pile avant l’étang sur le parking , impossible de le louper donc pas d’excuses en cas de non respect des règles en place ! 11) Ardillons écrasés, tapis de réception obligatoire et bas de ligne en acier interdit. Pour le reste tu es libre au niveau de ton matos (autant dire que les contraintes sont vraiment minimes voir quasi nulles mais cela reste mon avis personnel étant donné que j’écrase d’office tous mes ardillons…).

Pour résumer: J’ai beaucoup apprécié et je retournerai très certainement là-bas un jour ! (Je n’abandonne pas l’idée de sortir un brochet de cet étang ! Têtu un jour, têtu pour toujours !). Ce qui m’a le plus frappé et que j’ai réellement apprécié c’est la mentalité globale des gens présents, on respecte le poisson, on s’entraide, on partage sur notre passion sans prise de tête dans la joie et la bonne humeur, c’est vraiment génial ! Si tu débutes, je ne peux que te conseiller d’y faire un tour, tu apprendras sûrement beaucoup de la part des pêcheurs présents là-bas. Si tu es plus confirmé, je te le conseille également, mon avis est peut-être biaisé par rapport au fait que c’était mes premières fois en étang mais le fait de traquer du poisson éduqué et habitué à voir des leurres passer toute la journée devant leur yeux te force à réfléchir différemment et donc t’offre des opportunités de t’améliorer encore plus dans ta pêche. C’est un challenge très intéressant malgré le fait que cela peut te mettre les nerfs à vif comme ça l’a été pour moi. La diversité des espèces de poissons te permet de changer ton espèce cible en cours de pêche (quand tu n’es pas un têtu comme moi…) et donc de maximiser tes chances de résultats positifs. Et enfin, le cadre est très agréable, c’est facile d’accès, proche de l’autoroute et pour moi c’est un point non négligeable. Niveau prix, je trouve ça correct à la journée (15eur.) mais rien à dire de plus à ce sujet.

J’espère que cet article t’as plu et te remercie pour le temps que tu as pris pour le lire. N’hésite pas à rejoindre BlackRiver sur les réseaux sociaux via l’onglet  » Contacts et Réseaux Sociaux » pour ne rien louper des prochaines publications et avoir accès au reste du contenu que je te propose ainsi que d’être tenu informé des avancées de différents articles, voir certaines de mes prises, des tutos vidéos et bien d’autres surprises du genre ! Tu peux aussi t’abonner au blog pour être notifié en temps réel des prochaines publications à venir.

Encore mille merci aux personnes déjà abonnées pour leur soutien !

Facebook de BlackRiver -> clique ici ! FACEBOOK DE CAELUWAERT: https://www.facebook.com/etangscaluwart ADRESSE: Rue Des sous-Bois 89, 6040 Charleroi Tél: 071/19.09.39

Le prochain étang du Water Tour de BlackRiver est déjà choisi ! Reste connecté pour ne pas louper l’article sur lui !

A bientôt et bonne déroule !

Adrien T.

Publicités

#présentation #WaterTour

2 vues0 commentaire