Kill or No Kill ?

Introduction:

La pêche est une activité qui apporte son lot de plaisirs et de déconvenues. Chaque pêcheur, qu’il soit débutant ou confirmé, se retrouve à chaque prise qu’il fait face à un choix: je prélève mon poisson où je le relâche ? Pour certains, il n’y a pas de questions à se poser, c’est relâcher systématiquement ! Pour d’autres, il faut remplir le congélateur, pas de questions non plus, la pêche c’est poser un acte de chasse en quelque sorte et donc c’est fait pour se nourrir ! Mais n’existe t-il pas une solution alternative à ces deux modes de pensées ? N’est-il pas possible de pratiquer le no kill mais de prélever également du poisson ?

La réponse est oui et je vais te l’expliquer dans cet article que j’estime nécessaire pour ton apprentissage de la pêche car certains ont tendance à l’oublier mais nous « jouons » avec des êtres vivants et il est important que tu saches quelles sont les conséquences de tes actes en action de pêche.

Un article dont je t’avais parlé dans la première publication du blog et plusieurs fois sur les réseaux sociaux. Il est là, il est tout chaud, il était temps qu’il sorte.

Installe toi confortablement, prend un café et détend toi,

C’est parti pour cette question importante dans ton apprentissage: Kill or No Kill ?

Publicités

L’idée de cet article n’est pas nouvelle mais une mésaventure lors de mon ouverture m’a motivé à le rédiger car j’ai été forcé de prélever la perche que tu peux voir sur les photos précédentes. Ce geste me rend encore malade au moment où j’écris ces mots mais il est de mon devoir de t’en parler afin que la mort de ce poisson aie un minimum de sens pour moi. Cet imprévu t’arrivera sans doute un jour ou l’autre et le fait que cette perche puisse t’aider à te préparer un minimum à cette éventualité m’aidera sans doute à me décider enfin à la consommer car pour l’instant, je n’ai toujours pas eu le cœur de la cuisiner. Lors de cet article, je vais argumenter de la façon la plus objective possible afin de ne pas influencer ton choix final quand à ta vision de la pêche sur le point de vue du prélèvement. Je souhaite que l’article soit plus « un outil de réflexion » pour toi qu’un article de « propagande » pour une pratique ou l’autre.

Publicités

Samedi 5 juin 2021,

C’est le jour de l’ouverture en Belgique. Avec la fine équipe du jour, nous décidons de viser le sandre. Je ne connais pas le spot sur lequel ils m’emmènent mais apparemment il y a du beau poisson dans les environs. J’emporte avec moi 2 cannes, mon Illex Night Shadow Série Brochet « Deep Raider » en 15-60gr sur laquelle j’équipe une cuillère tournante Taro holographique en taille 4 de chez Caperlan pour prospecter rapidement et mon Abu Garcia « BlackMax » en 3-14gr pour pêcher plus précisément et insister sur les postes avec des leurres souples. Nous démarrons dans les alentours de 8h00. Pour ma part 1 sandre de décroché, mais a part ça, pas une touche, ça s’annonce mal.. 2 sandres et 2 perches ont été mises au sec par les collègues et autant de décroches pour chaque espèces. Je ne désespère pas, c’est la pêche après tout, ça fait partie du jeu. Vers 10h00 je lance ma cuillère sur un nouveau poste et au bout de quelques lancés à mi- profondeur, c’est un joli sandre de 59 que je met au sec. Petite photo, release et on est reparti.

La pêche est très compliquée, les poissons sont difficiles, nous sommes trempés à cause la pluie mais on n’abandonne pas ! Vers 13h00 nous sommes revenus sur nos pas et avec le mauvais temps, j’avais besoin de me réchauffer. Je recommence donc à pêcher avec ma cuillère sans trop y croire tout en discutant avec mon ami sans trop de concentration sur ce que je suis en train de faire, je lance mécaniquement sans réfléchir dans le seul but de me réchauffer (une cuillère taille 4, ça envoie dans la canne !). Au bout de je ne sais combien de lancés, je sent un grosse secousse en bout de ligne ! FISH ! C’est une belle perche ! Je la ramène au bord, elle est dans l’épuisette ! Je n’en reviens pas, elle a gobé ma cuillère (pourtant assez grosse) entièrement ! J’essaye pendant quelques minutes de lui enlever proprement mais il faut se rendre à l’évidence: elle est condamnée.. La cuillère est coffrée trop profondément et c’est impossible de lui enlever sans la blesser mortellement. Nous décidons donc de l’achever avant d’arracher le triple coincé au fond de son estomac d’un coup sec.

Une si belle perche.. 35cm… Je viens de battre mon record en taille pour cette espèce mais je n’apprécie pas le moment du tout. Le prix à payer a été trop cher pour moi. Je viens de faire perdre à ce spot un beau poisson reproducteur sans le vouloir.. J’ai prélevé un poisson alors que je ne le fais d’ordinaire jamais.

Voilà l’histoire de cette perche que tu peux voir en début d’article et qui m’a donné envie de te parler du No Kill. J’en avais besoin pour planter le décor pour que tu comprennes que si tu décide de pêcher en no kill, tu seras (des fois) forcé de prélever le poisson. Non pas par plaisir mais par respect pour lui. Il te faudra évaluer objectivement les blessures de tes prises car par moment, remettre à l’eau un poisson (même avec les meilleures intentions du monde) n’est pas la meilleure solution pour lui car tu peux le faire souffrir terriblement et mourir dans une lente agonie alors que si tu l’avais achevé et prélevé, tu aurais pu lui épargner des souffrances inutiles et mettre fin à sa douleur. Des fois, prélever c’est beaucoup plus respecter le poisson que de le relâcher. Suite à cette petite conclusion sur mes déboires, nous allons maintenant rentrer dans le vif du sujet.

Kill or No Kill ?

2 pratiques et plusieurs conséquences différentes.

Voici un petit descriptif, je te laisse faire ton choix entre les 2 (que je vais présenter de manière extrême) ou alors avec la dernière option dont je vais te parler en 3ème point.

Je ne parlerai pas d’avantages ou d’inconvénients afin de ne pas « influencer » ta réflexion, je pose les points les uns après les autres, c’est à toi de juger de ce qui est positif ou non.

Le « No Kill Intégral »:

  1. Cette pratique du « No Kill intégral » veut dire que tu relâche systématiquement l’entièreté de tes prises et ce sans exceptions !

  2. Cela permet de garder une population de poissons stables et de garantir un meilleur taux de reproductions pour ton spot au fur et à mesure du temps. Ton spot restera riche en poissons.

  3. En pratiquant ainsi tu garantis également la protection de certaines espèces mais aussi permettre au spot d’accueillir de plus beau sujets au fur et à mesures de leur croissances.

  4. En remettant un poisson à l’eau systématiquement, tu peux potentiellement lui garantir une mort certaine, lente et douloureuse suite à ses blessures.

  5. Tu peux relâcher des espèces invasives et donc nuisibles à la population locale car en compétition pour les ressources présentes sur le biotope.

  6. Pas de mailles à respecter, peut importe la taille de ton poisson de toute façon tu le relâche !

  7. Tu es plus pointilleux sur ton matériel et tes pratiques afin d’abîmer le moins possible tes prises (plus de triples, seulement des hameçons simples sans ardillons uniquement, pas de triples voleurs, etc..). Epuisette obligatoire, tapis de réception etc.. à chaque fois également.

  8. Manipulation du poisson minimale ! Aussitôt sorti de l’eau, aussitôt retourné dans les plus brefs délais !

  9. En dehors de photos et de souvenirs dans ta tête, tu ne ramène rien d’autres à la maison (si ce n’est un leurre ou autre trouvé lors de ta session.). Tu peux donc potentiellement ne jamais connaître le goût de la chair du brochet, du sandre, de la truite ou de n’importe quelle autre espèce que tu pêche.

  10. Tes sessions n’ont casi pas de limites de temps en dehors des heures de pêches légales.

Le « Prélèvement Systématique »:

  1. Cette pratique du « prélèvement systématique » signifie que 100% de tes prises ne sont pas relâchées et que donc tu les reprends pour les consommer (quand c’est possible, tu comprendras dans les points suivants).

  2. En prélevant systématiquement tes prises, tu fais baisser la population de poissons présente sur ton spot. (logique, plus tu en enlève, moins il y en a.) Et diminue donc le taux de reproduction sur ton spot.

  3. Tu peux potentiellement participer à la disparition de certaines espèces ou favoriser une espèce au détriment d’une autre. Les conséquences sur le biotopes sont différentes du no kill.

  4. Comme tu ne relâche jamais rien, tu participe à l’éradication d’espèces invasives et donc améliore la santé de ton spot de ce point de vue là en favorisant les espèces locales.

  5. Tu ne fais souffrir aucuns poissons, en le prélevant (quand c’est fait correctement..) tu les tues directement, pas de morts lentes et douloureuses.

  6. Tu es obligé de respecter une maille et un quota de poissons par espèce par jour. (Lien ici concernant la réglementation à ce sujet en Wallonie). Ta session peut donc être rapidement terminée, de plus afin de ne pas abîmer « la viande  » tu ne peux pas trop « traîner » à la pêche pour pouvoir les mettre au frigo/congélateur le plus vite possible.

  7. Techniquement comme tu reprend ton poisson, tu ne te prend pas trop la tête avec ton matériel. Il faut manger donc tout les moyens sont bons ! Triples autorisés voir recommandés !

  8. Tu ramène de quoi faire plaisir à la famille et aux amis. Une truite ou un beau sandre ça fait toujours plaisir !

Et si il existait une solution alternative à ces 2 pratiques dans la pêche ? Si je te disais qu’il est possible d’allier les deux ? Je vais te présenter la 3ème option qu’il te reste (et qui est celle que je pratique personnellement).

Le « No Kill Raisonné » :

Dans ce cas ci, je ne vais pas te faire une liste car ce serai me répéter sur certains points. Dans le cas du « No Kill Raisonné » la casi totalité de tes prises est relâchée. Casi totalité car lorsque tu décroche ton poisson, tu dois évaluer ses chances de survie si tu le relâche. Si ses blessures ne sont pas mortelles, une petite photo et hop il repart dans l’eau ! Si ses blessures sont graves, il te faudra alors achever l’animal rapidement et le prélever pour ne pas qu’il souffre. Rien ne t’empêche de reprendre ton poisson de temps en temps (d’où le terme « raisonné »), certains pêcheurs récupère un poisson de chaque espèce par an ni plus ni moins, mais le but de ses prélèvements n’est pas de remplir le congélateur pour l’hiver mais bien de « se faire plaisir » de temps en temps. D’autres (comme moi) ne prélève qu’en cas de blessures mortelles, c’est une question de choix mais le mot important à retenir c’est bien « raisonné », être raisonnable et ne pas exagérer pour ne pas porter un coup dur à tout un écosystème. Étant donné que tu « raisonnes » libre à toi de décider de ce que tu fais des espèces invasives que tu attrape, l’important est que tu aie conscience des conséquences possibles de ton choix au moment T.

Au niveau du matériel, c’est la même chose. Tu utilise les triples si tu le souhaite, des hameçons avec ou sans ardillons c’est ton choix mais comme tu pratique un mode de pêche « raisonné » à toi d’assumer les conséquences derrière. Sans ardillons on blesse moins mais on décroche beaucoup plus, avec un triple on décroche moins mais on blesse plus qu’avec un simple !

Publicités

Tu l’auras compris, il s’agit de réfléchir aux conséquences de tes actes et d’agir en fonction de ta réflexion. c’est la méthode que je pratique car je la trouve plus raisonnables que les deux cas plus extrêmes que j’ai cité juste avant.

Libre à chacun de faire ses propres choix, le No Kill et le Prélèvement sont légaux, c’est plus une question de philosophie et de réflexion personnelle mais je tenais à t’en parler car c’est important que tu te rendes compte des conséquences qu’auront tes actes une fois au bord de l’eau.

Les pêcheurs sont surnommés « Sentinelles de la Rivière » en temps que tel, il est de ton devoir de savoir tout ceci.

Sur ce je te remercie d’avoir lu cet article (pas très joyeux pour une fois) et espère que ce dernier t’aidera dans ta réflexion sur le sujet. et t’invite à t’inscrire afin de rejoindre la communauté de BlackRiver pour être tenu(e) au courant dès la publication d’un nouvel article.

Bonne déroule !

Adrien T.

Publicités

#apprendre #présentation

11 vues0 commentaire