Comment choisir son coloris de leurre ? #1 Facteurs Environnementaux

Introduction:

L’aventure BlackRiver a débuté il y a peu et n’est pas prête de s’arrêter ! Pour l’instant les fondations sont presque terminées. Au départ, on a vu comment débuter avec des articles t’apprenant à mettre en place ta stratégie de pêche. Ensuite est venu un nouveau concept et tu as pu découvrir la série d’articles « WHAT THE BROC ?! » avec son premier opus (qui a eu un franc succès d’ailleurs, merci encore à tout le monde !) et dans lequel je t’ai parlé de mon anecdote préférée (j’attends encore les tiennes pour les prochains au faits !). Cette fois-ci, nous allons nous pencher sur un sujet qui fait beaucoup de débats parmi les pêcheurs du monde entier : le coloris des leurres. J’espère qu’il te permettra de pouvoir affiner encore plus ta stratégie au bord de l’eau.

Comme à l’habitude, installe-toi confortablement, prend un café et détend toi. C’EST PARTI !

Publicités

Comprendre « la couleur »:

Définition de la couleur: « La Couleur est la perception visuelle de l’aspect d’une surface ou d’une lumière, basée sur la répartition spectrale de la lumière stimulant des cellules nerveuses spécialisées situées sur la rétines nommées « cônes » et transmise par la suite via le système nerveux jusqu’au cerveau. Le cortex visuel, situé à l’intérieur de celui-ci, traduit ensuite l’information et permet de coder cette information. Certaines associations de couleurs leur donnent une symbolique qui peut être traduite de différentes façon selon les individus. » Dans le cadre de la pêche (et donc pour les poissons). Cette fameuse couleur peut de ce fait être perçue de plusieurs façons en fonction de critères environnementaux, biologiques et/ou de la nature de son support et peut être perçue différemment d’un individu à un autre en fonction de son espèce, de son milieu de vie et du leurre utilisé. Voyons ensemble ces différents critères et comment mettre à profit ces nouvelles connaissances en action de pêche. Pour cela, réunissons les en 2 points simples afin de ne pas s’éparpiller. (On n’est pas sur un blog parlant de peinture ici !). Commençons dans cet article avec le premier point : Les critères environnementaux.

Les critères environnementaux:

On peut considérer que la couleur peut varier selon plusieurs facteurs propres à l’environnement. Nous ferons la scission entre 2 catégories en vulgarisant grossièrement le sujet mais que ce soit simple et clair sans devoir rentrer dans les détails.

1) l’origine de la couleur. a) Dans un premier temps certains facteurs chimiques peuvent rentrer en compte dans la façon dont une couleur est perçue c’est à dire, que la couleur peut être le fruit d’une combinaison de plusieurs substances appelées « pigments« . On dira que la couleur est « pigmentaire« . C’est le cas notamment pour la couleur de végétaux. Le vert que nous percevons est dû à la présence de « chlorophylle » qui leur permet de capter la lumière et de faire la photosynthèse.

b) Dans un second temps certains facteurs physiques feront que la couleur sera perçue différemment en fonction de la luminosité ambiante car elle sera influencée par des reliefs microscopiques qui absorberont la lumière et qui renverront une couleur plus ou moins différentes (surtout plus ou moins foncées) en fonction du rayonnement électromagnétiques absorbés. On dira ici que la couleur est d’origine « Structurelle« . Dans la nature, il y a beaucoup d’exemple de ce phénomène. Notamment, le magnifique vert/bleu d’un oiseau comme le paon qui est en réalité du brun ! C’est la réflexion de la lumière sur la structure du plumage de ce dernier qui lui donne les magnifiques couleurs irisées que nous pouvons observer. « Ouai t’es mignon avec ça mais ça ne m’aide pas dans ma pêche de savoir ça… »Détrompe-toi ! Cela te permet de comprendre un peu mieux le fonctionnement des couleurs de ton leurre ! Tu ne t’es jamais demandé pourquoi ton joli petit leurre Ayu/Transparent parait beaucoup plus « vert flashy » une fois sous l’eau que dans tes mains ? Pourquoi ton leurre fétiche d’un coloris naturel si parfait posé contre un leurre chartreux est devenu tout à coup partiellement jaune ? Ces informations vont te permettre de mieux ranger tes boîtes, de mieux réfléchir lors de l’achat d’un leurre et aussi (et surtout) de mieux choisir celui que tu vas utiliser une fois au bord de l’eau ! La façon dont la couleur de ton leurre est conçue peut changer la donne !

2) L’influence de la lumière:

Tu l’as bien compris, la couleur c’est toute une affaire de lumière. Mais comment ça marche exactement ? Pourquoi la lumière est-elle un élément essentiel dans la formation et la détection des couleurs ?En quoi cela va t’il influencer la pêche ? Pour commencer, il faut comprendre que la lumière est un phénomène physique qui produit une sensation d’ordre visuelle. Il s’agit d’ondes électromagnétiques qui sont perçues différemment d’une espèce à une autre (humain compris) en fonction de l’environnement dans laquelle elle évolue.Ces ondes peuvent donc être modifiées et perçues de plusieurs façons en fonction de son origine. La lumière matinale n’est pas la même que la lumière crépusculaire qui n’est pas non plus la même que la lumière nocturne. De même qu’elle n’est pas la même par un beau ciel bleu d’été que lors d’un ciel nuageux d’automne ! Dans la pêche:Voilà l’une des raisons pour lesquelles on utilise des leurres de couleurs différentes ! En fonction de la météo (et donc de la luminosité ambiante) le coloris de ton leurre doit être choisi méthodiquement afin que d’être le mieux perçu par le poisson. Dans les faits:Voici une petite liste des coloris à utiliser en fonction de la luminosité ambiante: Temps dégagé: Soit des couleurs très foncées, soit très claires. Les coloris fluorescents ou phosphorescent ne sont pas à négliger non plus en fonction du moment de la journée !

Temps couvert: Blanc / Noir et pareil pour les couleurs fluos et phosphorescentes. La luminosité est basse n’hésite pas à sortir les coloris flashy, il faut être visible !

« Ok mais ça ne dépend pas que de la lumière ? Si ? » NON, tu as bien raison ! Ce serai trop simple sinon… penchons-nous maintenant sur un facteur déterminant lors de ton choix de coloris, j’ai nommé:

3) La couleur de l’eau:

Que dire de plus que le titre en lui-même ? Nous avons vu précédemment que la lumière (et donc les couleurs) sont influencées par la luminosité ambiante. Dans notre cas, il faut savoir aussi tenir compte de la couleur de l’eau dans laquelle le leurre va pêcher ! En effet ton joli leurre blanc transparent sera très certainement moins efficace qu’un leurre bien visible d’un coloris chartreux bien flash dans une eau brune.. Logique non ? Bon je vais être sympa et te donner quelques pistes en fonction de la couleur de cette dernière. Eaux Claires: Favorise les coloris naturels, le blanc, le noir et les couleurs plutôt claires. Dans ce cas ci, un peu de transparence peut faire la différence également. Le but est de la jouer discrète sans trop l’être, se fondre dans le paysage du poisson tel un ninja afin de ne pas trop éveiller sa méfiance. Eaux Foncées : Là ton leurre doit sortir du lot ! On n’y voit pas à 2m là-dedans alors ton leurre se doit d’être visible au possible ! Sa couleur doit absolument trancher avec son environnement. Oublie le ninja discret, là il te faut une danseuse brésilienne sur un char au carnaval de Rio avec son casque à plumes et ses vêtements couleurs perroquet ! Pour trancher et être remarqué ton leurre peut adopter le coloris blanc (oui encore lui, me demande pas pourquoi mais c’est universel et c’est sans le moindre doute mon préféré d’ailleurs de par sa polyvalence), le noir, le violet mais aussi (les pêcheurs de Sandre le savent bien), le chartreux et autres Note: Tout ceci reste un théorie, à la pêche rien n’est inscrit dans le marbre. Une autre théorie consiste à choisir le coloris se rapprochant le plus possible de la couleur de l’eau. Question de vue qui a déjà alimenté de nombreux débats ! À toi de tester et te faire ta propre opinion sur la question !

4) La Profondeur:

On parle de lumière et je ne t’apprends rien plus on descend dans les profondeurs et moins la lumière est présente. C’est parti pour l’autre détail à prendre en compte dans ton choix: LA PROFONDEUR. En effet, plus ton leurre va descendre moins il sera exposé à la lumière. En fonction de cette dernière sa couleur va être altérée/modifiée. Un beau rouge bien flash par exemple deviendra de plus en plus noir au fur et à mesure de sa descente.

Pour imager mon propos voici une petite vidéo de la chaîne YouTube de « Kendall Roberg » qui met en évidence ce fait en pratique en plongeant avec des tubes de couleurs différentes:


C’est dingue non ? Bon pour t’aider voici un petit tableau récapitulatif de la disparition des couleurs en fonction de la profondeur dans laquelle elles se trouvent que j’ai pu te trouver sur le site « https://slideplayer.fr« 

« SUPER MERCI ! Mais… Attend… J’ai des leurres « UV » dans ma boite, ça veut dire quoi ça Adrien? »Ne t’inquiète pas je vais t’expliquer ça rapidement tu vas vite comprendre !

Les coloris UV et Phosphorescents: UV: Les coloris dit « UV » sont des leurres qui n’émettent pas de lumière mais qui réfléchisse les rayons ultraviolets. Ces rayons ne sont pas perceptibles pour nous simples humains aux sens limités mais qui le sont cependant pour de nombreuses espèces animales et notamment certaines espèces de poissons (on en parlera dans la partie II). Ces couleurs sont celles qui mettent le plus de temps avant de disparaitre dans les profondeurs. Il est particulièrement conseillé de les utiliser lorsque les eaux sont forts sombres/chargées ou lorsque la luminosité est très basse. Phosphorescents (ou « Glow » pour les intimes): Les coloris phosphorescents quant à eux sont des coloris qui absorbent l’énergie de la lumière et qui la rende dans l’obscurité sous forme de lumière visible à l’œil nu. (Ils se rechargent d’autant mieux avec des rayons UV donc si tu en as, dans tes boites, un petit passage au soleil les chargera à bloc ou alors un petit passage sous une lampe UV !). Ces coloris sont particulièrement visibles dans le noir total et donc tu pourras exploiter tout leur potentiel en les utilisant dans de grandes profondeurs ou lorsque la luminosité est vraiment faible (tôt le matin ou tard le soir).

5) La période de l’année:

Tu pensais vraiment qu’on en avait fini ? taratata ! On va passer maintenant au coloris en fonction de la période de l’année car vois-tu cela peut changer la donne aussi ! En règle générale, les choix de couleurs se feront en fonction de la luminosité mais qui dit période différentes signifie « saisons » et donc coloris différents.

En effet, cette théorie beaucoup moins répandue veut que plus la température est chaude plus on utilisera des couleurs chaudes, et à l’inverse, plus il fera froid, plus on utilisera des couleurs froides.. En pratique, on utiliserai 2 jeux de couleurs différents: une pour les chaleurs printanières du début de saison et pour l’été. et l’autre pour la fin de saison et le tout début de saison quand les eaux sont froides. (Théorie que je ne peux ni confirmer ni rejeter car j’avoue ne pas en tenir compte personnellement.. Erreur ou pas ? À vérifier …).

Conclusion:

Je ne t’apprend rien, choisir son coloris de leurre n’est pas une affaire aisée… Mais j’espère avoir pu t’aider à y voir un peu plus clair et que cet article te permettra de maîtriser un peu plus cette science nébuleuse qu’est le choix de son pattern colorimétrique. Dans les retours des articles précédents vous m’aviez demandé de faire plus court. C’est pourquoi ce sujet sera traité sur 2 articles distincts afin que ce soit plus digeste pour vous à la lecture. Dans la seconde partie nous verrons les facteurs biologiques et nous entrerons un peu en détails sur la vision des poissons (et sur quelques espèces en particulier). Pour ne pas louper la sortie de la suite de ce sujet je t’invite à t’inscrire/t’abonner au le blog via l’onglet « S’inscrire » afin d’être tenu informé(e) par mail dès la parution d’un nouvel article, de plus en rejoignant la communauté BlackRiver tu recevras 1x/mois dans ta boite mail du contenu 100% exclusif réservé uniquement aux abonnés. (C’est totalement gratuit et ça le restera toujours !). Je t’invite également à rejoindre BlackRiver sur ses différents réseaux sociaux disponibles via l’onglet « Contact« . Si tu as des questions n’hésite pas à me contacter j’y répondrai avec plaisir ! Merci d’avoir pris le temps de lire mon travail, j’attend ton retour avec impatience dans l’espace commentaire situé juste en dessous de cet article ! Retiens quand même ceci: Dans la pêche rien n’est gravé dans le marbre, n’hésite pas à faire le contraire de la théorie, par moment cela m’a déjà sauvé du capot ! La pêche n’est pas une science exacte. C’est un art et dans ce domaine tout est permis ! N’hésite pas à sortir des sentiers battus ! Cela peut parfois faire toute la différence entre un capot et une session réussie haut la main !

Bonne déroule !

Adrien T.

Publicités

#apprendre #coloris #s039améliorer

3 vues0 commentaire