Comment bien débuter la pêche aux leurres ? (Partie I)

Introduction:

La pêche aux leurres t’intéresse mais tu ne sais pas comment débuter et/ou par où commencer ? Débuter n’est pas toujours facile mais rassure toi nous sommes tous et toutes passer par là. Sache que apprendre de manière simple et efficace, c’est possible ! Voici quelques conseils et astuces, qui t’aideront dans tes démarches et te permettront d’attraper tes premiers poissons. *Ce petit tuto, est principalement destiné pour les poissons d’eaux douces et étant donné que je suis belge, les espèces cibles dont je parlerai dans le premier point seront celles que je pourrais potentiellement retrouver sur mes spots en Belgique (pas de Blackbass chez nous sorry…)Avant de commencer voici une petite définition (pur copier/coller de Wikipédia) de ce qu’est exactement un leurre: « Un leurre de pêche est un type d’ appât de pêche artificiel conçu pour attirer l’ attention d’ un poisson. Le leurre utilise le mouvement, les vibrations, le flash et la couleur pour appâter les poissons.«  Bon maintenant que tu sais ceci, entrons dans le vif du sujet avec une série de questions à te poser afin de bien choisir ton matériel et de te préparer au mieux avant de partir en session !

Publicités

1) Quels poissons cibleras-tu ?

En pêchant aux leurres, nos poissons cibles sont les poissons carnassiers, c’est à dire que ce sont des poissons principalement carnivores, des prédateurs d’autres poissons (en règle générale). Bref de vraies machines à tuer avec chacun sa spécialité dans un type de chasse et de proies en particulier. En fonction de ton spot de pêche et de ton matériel voici une liste de poissons que tu peux rechercher en pêchant de cette façon. Cette question est cruciale lors de la mise en place de ta stratégie de pêche car chaque poisson à ses propres habitudes alimentaires, un biotope précis et peut demander un matériel spécifique ! Ce sera même la pierre angulaire de l’entièreté de tes choix en matière de leurres à utiliser mais aussi du spot que tu comptes pêcher et de comment tu vas l’aborder !

Retrouve sa fiche espèce ICI

Le Grand Brochet (Esox Lucius): Ce poisson compte parmi les chouchous des leurristes. Cette star incontestée des pêcheurs est située au sommet de la chaîne alimentaire. Ce chasseur solitaire peut être considéré comme « le prédateur ultime » de nos cours d’eau. Pouvant dépasser le mètre et approcher du 1m50, il te promettra de bon sensations en combat et de souvenirs mémorables (Attention à ses dents !) Messire « Esox » en possède pas loin de 700 ! Un bas de ligne solide est nécessaire pour éviter de te faire couper !)

La Perche Commune (Perca fluviatilis): Ce poisson grégaire est sans doute celui que tu rencontreras le plus lors de tes sessions. La perche vit en groupe et se pêche relativement facilement. (Astuce: Quand tu en attrapes une, relâche là un petit peu plus loin car si tu la remets à l’eau devant tes pieds, elle avertira ses congénères d’un danger proche et tu devras patienter avant de pouvoir en reprendre 1 autre).

Retrouve sa fiche espèce ICI

Le sandre doré européen (Sander lucioperca): Sans doute mon poisson préféré ! Le sandre peut également      dépasser le mètre mais sa pêche demande une patience et stratégie très particulière. Pour ressentir son « toc » distinctif dans ta canne, il te faudra ruser et le rechercher bien souvent sur le fond car ce magnifique poisson est lucifuge (c’est à dire qu’il fuit la lumière) et est très méfiant. Ce poisson nocturne est sans doute celui qui possède la meilleure vue dans nos lacs et cours d’eau !

Le chevesne (Squalius cephalus): Il n’y a sans doute rien qui ne te procurera autant de fun que la pêche du chevesne à vue avec de petits leurres ! Le suspens qui s’installe pendant sa « traque » est vraiment intense. De plus il n’est pas mauvais combattant non plus, en particulier quand ton client mesure plus de 40cm ! (Certains spécimens atteignent la barre des 80cm ! il y en a pour tous les goûts !).

La truite Fario & la truite Arc-en-ciel (Salmo trutta & Salmo gairdneri): La première est native de chez nous, la seconde d’Amérique du nord. Elles figurent parmi les figures emblématiques des pêcheurs ! A la cuillère, au poisson nageur, au souple, à la mouche, au ver,.. Bref tu l’as bien compris, elles s’attrapent avec un large choix de leurres et de techniques. Néanmoins, leur pêche est loin d’être la plus facile de toutes ! Attentives à leur environnement, il te faudra beaucoup de discrétion et une connaissance solide de ses habitudes de vie pour les trouver et les pêcher ! (Attention ce sont de vraies guerrières qui ne se rendront pas sans combattre ! Il s’agit sans aucun doute d’un des poissons les plus combatifs que tu puisses pêcher ! D’où leur succès auprès des pêcheurs !).

Le silure glane (Silurus glanis): Le mastodonte ultime que tu pourrais rencontrer en pêchant aux leurres. (Pour te donner une petite idée, c’est « juste » le 3ème plus grand poisson d’eau douce au monde.) Ce colosse peut atteindre des tailles impressionnantes et un poids défiant toute concurrence dans nos lacs et cours d’eaux. En effet certains spécimens atteignent par endroit pas loin des 2m70 pour un poids pouvant aller jusqu’à 120kg ! Inutile de te dire que le jour où tu tomberas sur l’un d’entre eux, il faudra espérer que tu sois équipé solidement ou prier de toutes tes forces pour que ton matos tienne le coup si ta ligne ne casse pas avant ! (Pour ma part je n’en ai pas encore rencontré mais il fait partie de mes objectifs pour 2021, je suis preneur de tous conseils pour cette espèce si un pêcheur plus confirmé passe par là.). Ce géant est très sensible à son environnement, en particulier aux vibrations et aux sons grâce à ses « moustaches » (appelées « Barbillons« ) à défaut d’avoir une mauvaise vue. Il est réputé pour être très curieux et assez intelligent également. Autrement dit: Il s’agit d’un adversaire redoutable qui promet des combats titanesques ! Tu l’auras compris, chacun de ces poissons te demanderas une stratégie de pêche particulière. Il est tout à fait possible de pêcher plusieurs espèces avec un matériel casi similaire dans l’ensemble mais la question peut être aussi posée autrement:

Par exemple: vais-je viser du gros Fish ? ou encore: vais-je sélectionner mes tailles dans une espèce particulière ? Vais-je pêcher polyvalent/multi-espèce ? En résumé: C’est la première question à laquelle tu dois te concentrer ABSOLUMENT avant même de commencer à sélectionner ton matériel et de partir pêcher car après tout, ce sera le poisson qui sera au centre de ton attention durant toute la durée de ta session ! Il en reste encore quelques-uns que tu pourras rencontrer, notamment: l’Aspe, le barbeau, l’ombre, etc. mais les principaux se trouvent parmi ceux cités ci-dessus et te permettront déjà de commencer sereinement la pratique. (Et puis, autant en garder un peu pour les prochains articles. Une série sur la présentation de plusieurs espèces est en cours de préparation d’ailleurs !). ! MAIS ATTENTION !Choisir ton poisson ne veut pas dire que tu vas nécessairement obtenir des résultats mais c’est déjà un excellent début. Avant de choisir ton matos et de partir, il te reste quelques détails importants à régler. Ce qui nous amène au second point de cet article.

Publicités

2) Où et comment ?

Alors, maintenant que tu as choisi le poisson que tu souhaite pêcher lors de ta première/prochaine session il te reste encore quelques points à analyser avant de te décider. Je vais te résumer ça en 2 petits points. Une fois cela fait, on passera à une petite sélection de matos que je te conseillerais pour débuter et quelques liens utiles afin de te faire économiser du temps en recherches sur le net.

2.1) L’Environnement:

Oui, tu as bien lu. L’environnement dans lequel tu vas pêcher va aussi influencer ta stratégie de pêche et le choix de ton matos. C’est le 2eme point important à prendre en compte avant de partir. Dans un premier temps, tu vas d’abord observer le lieu que tu vas pêcher de manière simple avec quelques petites questions. – Rivière ? Canal ? Lac ? Etang ? – Taille ? Profondeur ? – Présence d’herbiers ? De rochers ? De gravières ? – Le spot est-il souvent pêché ? (oui, ça à son importance crois-moi).

Tu dois analyser le terrain que tu vas pêcher ! AVANT ET PENDANT TA SESSION ! Pas besoin d’une étude du sol ou de l’eau mais plutôt de ce que peux constater à vue d’œil afin de savoir comment aborder le spot en question mais aussi et surtout: Quelles espèces de poissons tu es susceptible de trouver dessus ! Avec le temps, tu apprendras à connaître ton spot de pêche et tu sauras exactement comment il est agencé, quels poissons trouver dessus et comment le pêcher. Petit conseil personnel: Concentre-toi à fond sur un spot en particulier, apprends à le connaître et à pêcher dessus. Tu peux penser que le brochet est toujours plus vert ailleurs au début car apprivoiser un spot est parfois difficile mais crois-moi, parfois le jeu en vaut vraiment la chandelle ! Le fish de ta vie se trouve peut-être dessus ! Cela te permettra également de juger de la qualité de ce spot de manière objective.(Les confirmés qui passent par là avouez-le: Quoi de plus jouissif quand tu invites un pote pêcher sur un de tes spots, que tu lui montres avec quoi et où lancer et qu’il sort un beau poisson au bout de 3 lancés ? Allez soyez honnêtes on est tous pareils sur ce coup-là !)

Dans un second temps tu vas regarder la météo. Oui, la météo à son importance et pas qu’un peu ! L’activité des poissons peut être déduite en fonction de la météo et du moment de la journée à laquelle tu vas pêcher. Je te conseille même de regarder la météo de la veille et les prévisions pour le lendemain de ta session également car cela peut expliquer certains comportements inattendus. Elle va même influencer le type de leurres que tu vas pouvoir privilégier et le grammage de tes têtes plombées. Illustrons ce propos par un exemple simple: Tu sais qu’il y a du Sandre sur ton spot, tu vas donc décider de partir pêcher tôt le matin ou tard le soir quand la luminosité ambiante est basse. Si en plus de ça, on annonce une couverture nuageuse importante, c’est bingo ! Car en effet, comme tu l’as vu dans le point précédent, ce dernier est lucifuge et donc tu le trouveras peu (voir pas du tout) en activité en plein soleil avec un beau ciel bleu à 12h00. Je viens de te démontrer ici que la connaissance du poisson m’a permis de ne pas perdre de temps et à organiser ma session à une heure précise. (je pourrais aller plus loin encore mais un article sur le sujet est prévu également, on gardera ça pour plus tard.) Je viens de te démontrer également que grâce à mes petits renseignements sur la météo, je peux mettre toutes les chances de mon côté pour traquer ce poisson. Il y a encore plein de petites choses auxquelles regarder mais pour débuter concentre-toi sur ces 2 petits points et crois-moi, tu te rendras vite compte des bénéfices que ces petites analyses rapides pourront t’apporter. Bonus: Regarde également à quel moment de l’année tu pêches ! Certaines périodes, le poisson répond mieux avec certains leurres et certaines saisons sont plus productives que d’autres en fonction des espèces !

2.2) Quel Matériel ?

Partons du principe que tu débutes totalement. Tu te demandes sûrement quoi prendre comme matériel pour apprendre. Voici une petite sélection simple et polyvalente de matos que je te conseille afin de pouvoir commencer sereinement. La canne et le moulinet: Inutile de mettre un budget de dingue pour débuter. Je te conseille un ensemble spinning pour commencer. Une canne entre 2m20 et 2m40 avec une action fast sera un bon compromis pour tes débuts. Niveau puissance je préconiserai une canne de 5-25g ou une 7-28gr.

Une canne de cette longueur ne te dérangera pas trop pour pêcher dans de petits milieux et aura une longueur assez correcte pour pouvoir lancer loin. La puissance de la canne (exprimée la plupart du temps en grammes) te donne comme indication la poids des leurres que ta canne peut lancer. ! Attention ! dans le cas des leurres souples, ne tiens pas seulement compte de ta tête plombée ! Calcule de la façon suivante: Poids de la TP + Poids du leurre = Poids total.

Pour le moulinet, je te conseillerais de partir sur un moulinet de taille 2000-2500 avec un ratio de 5:0:1. 2000 ou 2500 c’est la taille de ta bobine et donc ta « réserve » de fil. Le ratio quant à lui, correspond au nombre de tours qu’effectue ta bobine par tour de manivelle. Tu peux en déduire la vitesse de récupération de ton leurre. Ne pratiquant pas (encore) le casting, je ne peux pas te conseiller sur ce sujet (pour le moment) mais des échos que j’ai eu au bord de l’eau, il y a de quoi te dégoûter de la pêche si tu ne maîtrises pas déjà correctement les bases du lancer, de plus un ensemble plus « lourd » est conseillé pour maîtriser ce qui est assez handicapant car beaucoup moins polyvalent pour tes débuts. Néanmoins, libre à chacun de débuter comme il le souhaite ! Pour ce qui en est de garnir ton moulinet, je partirais sur une tresse 8 brins en 0.15 et un bas de ligne en fluorocarbone de 0.25. Un combo assez polyvalent. (malgré sa fragilité face aux brochets et leurs dents acérées.). La tresse te permettra de bien ressentir les touches grâce à son absence d’élasticité tout comme le fluoro qui lui t’apporteras en plus de ça, une touche de discrétion non négligeable (son indice de réfraction est très proche de celui de l’eau.).

Ta boîte de leurres: On ne vas pas chipoter avec 50.000 leurres, plus tu en auras sur toi et plus tu seras perdu au bord de l’eau. Ci-dessous, tu trouveras, une petite sélection de quelques leurres que je te conseille d’avoir dans ta boîte pour un début correct.

En premier lieu, rien ne vaut une bonne vieille cuillère tournante en taille 2. Son animation simple en linéaire est parfaite pour commencer, de plus, cette dernière touche toutes les espèces de carnassiers sans exception ! Niveau couleur, ne te prends pas trop la tête, une classique Argentée et une autre Or/bronze feront parfaitement le travail. En second lieu, un leurre tout aussi facile à utiliser c’est le crankbait, il s’anime comme la cuillère mais avec quelques petites subtilités supplémentaires par moment. Un crank de +-10g est parfait pour tes débuts (ou 2 mais alors avec des coloris différents: un naturel et un + flashy). Tu peux aussi en prendre un deuxième silencieux ou bruiteur (en fonction du premier) afin de compléter tes possibilités au bord de l’eau. Ensuite je partirais sur un bon Jerkbait Minnow entre 5 et 10cm suspending. Ce dernier s’anime principalement avec des coups de scion et quelques pauses. Je ne préconise pas spécialement une taille en particulier car cela va dépendre de tes choix en matière de poissons cibles. Mes conseils concernant le bruit du leurre et de sa couleur sont les même que pour le Crankbait. Pour terminer je prendrais un leurre de surface au choix, d’une dizaine de centimètre. Niveau coloris, je conseillerais plutôt un coloris naturel. La sélection est large mais cela te permettra de travailler la surface. (les attaques de surface, c’est juste magique !)

Terminons notre sélection de leurres par quelques leurres souples. Là dessus par contre pas de compromis ! Un coloris naturel et un flashy de chaque type OBLIGATOIREMENT ! Niveau tailles encore une fois partons sur du polyvalent, disons quelques uns de 5-7 cm et les autres de 9 à 12cm afin de proposer des bouchées de tailles différentes. Nos champions seront le shad, le Sandra/twist et le finesse afin de proposer 3 types de vibrations différentes en plus des couleurs. Niveau animations c’est un peu plus technique par moment mais nous y reviendrons plus tard dans d’autres articles.Tu agrémenteras cette petite sélection de quelques têtes plombées. (3g, 7g et 10gr) et ta boîte sera complétée et prête à pêcher. ET ENFIN POUR TERMINER: UNE EPUISETTE ! Le choix est large, mais une épuisette avec un filet d’une circonférence de 50-60 cm sera bien. Niveau maille, je favorise les mailles PVC ou en caoutchouc afin de pouvoir décrocher + facilement un leurre bloqué dedans mais aussi et surtout pour le poisson, ce type de mailles est celle qui sécurise le plus le poisson afin de lui éviter de se blesser. Aller bonne pêche ! HOP HOP HOP ! TU VAS OÙ LÀ ??? Tu crois qu’on en a fini toi et moi ? J’ai encore quelques petits trucs pour toi dans le dernier point de cet article. Il s’agit de mes derniers conseils et une petite liste de liens utiles de chaînes YouTube et autres contenus internet qui te permettront de continuer à te former à ton aise chez toi, dans ton canapé sans perdre