8 Conseils pour trouver un bon spot de pêche !

Introduction:

Toi: « Salut Adrien ! Dis tu sais me dire où tu as pêché le brochet que tu as montré la dernière fois stp ?« 

Adrien : « ENTRE LE LUXEMBOURG ET ANVERS ! »

Plus sérieusement, depuis deux semaines, je reçois de plus en plus de messages me demandant les endroits où je pêche. Si tu me suis sur les réseaux sociaux, il est vrai que je fais un magnifique début de saison et comme mon entourage me le dit depuis quelques jours quand je parle de ces questions incessantes: c’est que ma méthode ne doit pas être mauvaise. Je pourrais te répondre et te donner mes spots mais je ne le ferai jamais pour deux raisons. La première, c’est que j’aime la tranquillité et que je suis seul 9x/10 quand je vais pêcher, 100% des poissons que j’attrape sont relâchés ce qui signifie que si je te donne mes « hotspot », je ne risque plus d’être tranquille car non seulement tu viendras ici (et peut-être des connaissances à qui tu auras partagé l’info etc..) mais aussi et surtout, je risque de mettre « en danger » mon spot car rien ne me certifie que les poissons seront remis à l’eau aussi.

Le second point est sans doute la raison principale pour laquelle je ne te révélerai jamais mes spots c’est que ce n’est pas te rendre service parce que tu ne t’améliores pas car tout est (presque) servi sur un plateau d’argent mais aussi et surtout parce que pour connaître ces fameux endroits, cela m’a pris (dans certains cas) des mois de recherches aussi bien sur le terrain que sur le net, des heures d’observation et de tests (leurres, techniques, animations, etc..) aux bords de l’eau et que si je peux le faire, alors tu le peux aussi ! Ma réponse sera donc à présent accompagnée de cet article car après tout: c’est la raison pour laquelle tu es sur ce blog. C’est à dire: APPRENDRE et T’AMÉLIORER !

Ne changeons pas nos habitudes,

Installe toi confortablement, prends un café et détends toi,

C’EST PARTI !

Publicités

Suite à cette introduction un peu plus personnelle que d’habitude, entrons dans le vif du sujet !

Je peux te donner mon adresse mais ce n’est pas pour ça que tu sauras rentrer chez moi car pour ça, il te faudra les bonnes clefs. Pour faire le parallèle, un spot c’est pareil qu’une maison, ce n’est pas parce que tu connais l’endroit où ça se trouve que tu feras du poisson dessus car il y a toute une multitude de paramètres qui rentre en ligne de compte sur chaque spot pour obtenir des résultats. Comme je te l’ai dis, cela demande une méthode, une préparation ainsi que BEAUCOUP de temps, de prospection et d’essais pour pouvoir aborder le milieu que tu souhaites, convenablement, et obtenir des résultats dessus. D’un spot à l’autre, le poisson ne réagit pas de la même façon. A quelques kilomètres de distance tu peux avoir de sacrées différences dans le comportement des poissons; sur le premier spot les brochets n’attaqueront qu’en début de matinée avec uniquement un certain type de leurres tandis que que sur le second ils ne prendront qu’en fin de journée peu importe le leurre utilisé mais avec une taille bien particulière ou un coloris en particulier. Pour déterminer cela, je vais te donner ici ma méthode de recherche et de prospection afin que tu puisses découvrir tes propres spots mais aussi et surtout devenir plus « autonome » en tant que pêcheur.

1) « Google est ton ami »:

Cette célèbre phrase que tu as sans doute toi même déjà prononcé un jour ou l’autre est la première chose à savoir quand tu recherches un nouveau spot !

En effet Google Maps, c’est la première étape de ta prospection, recherche les cours d’eaux et/ou les points d’eaux via la carte « basique », quand un spot te semble prometteur (accès en voiture, tranquillité, etc..), passe en mode « Satellite » ET « Relief », cela te donnera des indications sur la topographie du terrain mais aussi de précieuses informations concernant la nature environnante ce qui te permettra d’en tirer des conclusions et donc de te préparer en conséquence.

2) Know your Target !

Honnêtement tu pensais que je n’allais pas encore te le répéter ? Je t’ai foutu la paix lors du point précédent mais je ne pouvais pas laisser ce détail essentiel pour le second.

CONNAIS TON POISSON CIBLE ! Si tu ne sais pas qui il est, le trouver ni comment il vit, tu auras du mal à pouvoir prospecter convenablement. Et ceci parce que tu ne sauras pas « quoi » ni « où » chercher une fois sur place. Il est possible aussi que tu ne saches même pas le reconnaître en le voyant. Ce n’est pas difficile de confondre un chevesne et une petite carpe quand on débute.. Plus tu en sauras mieux tu sauras chercher convenablement ! (NB: en fonction de la période de l’année la plupart des espèces ne se trouvent pas toujours au même endroit..)

3) Développe ton « sens de l’eau » !

En tant que pêcheur, il te faut obtenir un genre de troisième œil que nous appelons communément « le sens de l’eau ». Cela signifie: avoir la capacité de localiser le poisson en scrutant l’eau et en suivant différents indices que je vais te citer juste après. Pour le développer, rien de plus simple: Discrétion, observation, patience et connaissances. Crois-moi cela vient assez simplement avec quelques bases et à force de pratique, tu ne feras que l’aiguiser au fur et à mesure des saisons.

Pour t’aiguiller un peu dans tes débuts voici quelques petits trucs pour toi:

a) Repère les proies potentielles de ta cible:

Sans doute l’un des indices les plus précieux pour toi ! Recherche les bancs de petits poissons ! Comme tu le sais, nos poissons cibles sont des carnassiers au régime principalement piscivores. Quand tu as faim, tu te diriges vers le frigo pour te nourrir, pour le carnassier c’est pareil ! Ces bancs de petits poissons ne sont pas toujours faciles à distinguer, tu ne verras que des mouvements en surface, des reflets argentés dans l’eau ou encore de petites ombres furtives. Crois-moi les prédateurs ne restent jamais loin de leur repas et il n’est pas rare de trouver un beau brochet en train de rôder pas loin d’un banc de gardons ou d’ablettes innocentes ou encore une belle truite proche d’un banc de vairons.

b) Repère « les chasses »:

Parmi les indices les plus intéressants que tu puisses avoir sur un spot, il y a les chasses ! Si tu prends patience tu peux observer ce phénomène qui peut être spectaculaire ! (pour avoir vu une chasse de silure en surface je ne peux que te confirmer ce que je viens de te dire !). Le poisson trahira sa présence et tu sauras quelle espèce trouver grâce à ça ! Une truite peut sauter régulièrement pour attraper les insectes volants au ras de l’eau, des petits poissons peuvent sauter en éventail de la surface pour échapper à un brochet qui les poursuit depuis le fond, tu peux voir les nageoires d’un banc de perches poursuivre de petits poissons fendre la surface. Prends bien le temps d’observer car par moment ces chasses peuvent être « discrètes » en surface à cause de leur origine un peu plus en profondeur.

c) Les mouvements « suspects »:

Proche des berges, il n’est pas rare d’observer différentes espèces en maraude. Le chevesne en particulier est un spécialiste de ce comportement (d’où le succès de sa pêche « à vue »). Un petit mouvement en surface peut trahir la présence d’un poisson. Une carpe qui saute hors de l’eau peut être en fait effrayée par un brochet passant par là. Chaque mouvement au bord de l’eau peut te donner une indication précieuse pour ta pêche car cela peut venir aussi bien d’un carnassier que d’un poisson lui servant de proie !

Bonus: Les lunettes polarisantes permettent de mieux distinguer les poissons sous la surface de l’eau en diminuant la réverbération de la lumière à la surface tout en te protégeant les yeux comme le ferait n’importe quelle paire de lunettes de soleil classique. Une alliée de choix que je te recommande vivement ! Il en existe à tous les prix !

Publicités

4) Les Reliefs et les « Structures »:

Que ce soit artificielles ou naturelles, les structures sont des points clefs à repérer lors de ta prospection. Souvent fréquentées par les carnassiers elles sont très intéressantes car ce sont des endroits propices où ils peuvent s’abriter du courant, se cacher de la lumière ou encore se poster à l’affût pour chasser. Par structures on entend par là des éléments inertes comme des troncs d’arbres, des piles de ponts, des pontons, des rochers, etc.. Concernant les reliefs, c’est la même chose, le plus souvent ce sont « les fosses » que l’on recherche (et en particulier leurs bordures) car ce sont des endroits privilégiés par les espèces lucifuges comme le sandre ou le silure. Astuce: Pour repérer les fosses, compte le temps qu’il faut à ton leurre pour toucher le fond à chaque lancé, dès que le temps augmente progressivement c’est que tu es sur une fosse !

5) Les Herbiers et Nénuphars:

Cachettes de choix pour toutes les espèces aquatiques les herbiers et les nénuphars sont des endroits à devoir repérer. En effet ces derniers en plus d’être d’excellentes cachettes pour nos amis carnassiers, sont une véritable manne alimentaire pour eux ! Ces derniers, en plus de participer à l’oxygénation de l’eau, offrent aussi des températures différentes aux poissons contrairement à celles qu’ils peuvent avoir dans « la pleine eau » (ce qui, en général, est une sacrée information à connaître en cas de fortes chaleurs !)

6) Les Remous:

Ce sont des postes de prédilection à devoir repérer ! Du pain béni pour le pêcheur aux leurres ! Plutôt faciles à repérer, ils peuvent accueillir une grande population de carnassiers (notamment en période de crue). Par fortes chaleurs, ce sont de véritables réserves d’oxygène pour les poissons aussi ! Souvent créés par des obstacles au courant, visibles ou invisibles à la surface, ce sont des postes intéressants pour les poissons car ils sont traversés par toutes sortes de nourritures, souvent cachés ou en attente dans les zones de calme, le carnassier foncera sur les proies qui les traversent.

7) Éviter le syndrome « de la berge d’en face »:

Maladie incontournable de tout pêcheur, le syndrome de la berge d’en face est un véritable fléau que tu dois combattre de toutes tes forces ! Cela consiste à lancer le plus proche possible de la berge en face de toi car tu penses inconsciemment que le poisson se trouve loin, alors qu’en réalité, il est sans doute dans tes pieds depuis le début ! Commence d’abord proche de la berge et éloigne t’en petit à petit tout en explorant les différentes couches d’eau. Tu serais étonné du nombre de fois où j’ai pu attrapé du beau poisson à même pas 1m du bord !

8) Observe la faune environnante !

Je l’ai déjà expliqué dans « Comment bien débuter la pêche aux leurres: Partie II » mais ce n’est pas une mauvaise chose de te le rappeler ici car c’est sans doute le petit truc qui m’aura offert le plus de bons spot ! En observant la faune du coin, tu peux en apprendre beaucoup sur ton spot ! Les Hérons, Cormorans et Martin Pêcheurs sont sans doutes les meilleurs animaux à observer pour ton montrer les meilleurs postes ! En effet, si toi tu viens là une fois de temps en temps, pour eux c’est quotidien et ‘une importance cruciale pour leur survie de savoir où se trouvent les poissons ! Quand tu en vois un poster quelque part, sois sûr que le poisson n’est pas loin du tout !

Publicités

9) (Bonus) Like cet article, le partager et t’abonner à BlackRiver !

Tu apprendras encore plein d’astuces pour t’améliorer !

J’espère que cet article t’as plu et t’invite à me dire ce que tu en penses dans les commentaires ci-dessous et/ou de lui mettre un « j’aime » afin de me le faire savoir. Je t’invite également à t’abonner au blog juste en écrivant ton adresse mail tout en bas de cette page afin de recevoir les notifications lors de la parution de prochains articles (en moyenne 1 à 2x maximum par semaine). N’oublie pas non plus que BlackRiver est présent sur Facebook et Instagram, tu peux retrouver les liens dans la rubrique « Contact » du site ainsi que le lien de mon profil personnel sur Fishfriender si tu souhaites voir mes différentes prises, mon matos ou encore simplement discuter avec moi sur ce réseau social spécifiquement créé pour les pêcheurs.

Encore merci pour le temps que tu as pris pour lire cet article, on se revoit au prochain dans lequel je te parlerai de quelques livres et autres sources intéressantes d’apprentissage !

Bonne déroule !

Adrien T.